Le projet de loi de transformation de la fonction publique en cours de discussion au Parlement prévoit plusieurs dispositifs pour favoriser les opportunités de Carrière Public/Privé. Il facilite aussi le recrutement de compétences issues de la sphère privée. Si l’’aventure vous tente, vous vous interrogez sur la condition pour réussir cette transition ? Une solide préparation pour bien appréhender des univers aux valeurs et aux codes différents, mais tellement complémentaires.

 

Attendons bien sûr de connaître les modalités pratiques une fois les textes votés, et les décrets d’application parus. Mais l’exposé des motifs du projet de loi en explique clairement la philosophie.

Diversifier les viviers de recrutement

Le projet de loi ouvre la possibilité de nommer des personnes n’ayant pas la qualité de fonctionnaire aux emplois de direction de l’État. Il l’élargit aussi aux emplois de direction des collectivités territoriales et des établissements de la fonction publique hospitalière. L’objectif est de recruter, sur des postes à hautes responsabilités, des profils venus du secteur privé, avec une expérience répondant aux besoins de transformation de l’action publique en cours.

Il maintient le principe de l’occupation des emplois permanents de l’État et des collectivités territoriales par des fonctionnaires. Mais il étend les possibilités de recruter des agents contractuels pour faire face à l’évolution des métiers de la fonction publique ou aux nouvelles demandes des usagers du service public. L’objectif est de permettre à des personnes issues du secteur privé de s’engager au service du public pour un temps de leur parcours professionnel, pour un partage d’expériences.

 

Ouvrir de nouvelles perspectives de Carrière Public/Privé aux agents de la fonction publique

Le projet de loi veut favoriser la mobilité et accompagner les perspectives de Carrière Public/Privé des agents publics, notamment dans un contexte de réorganisation des services. Il crée par exemple un mécanisme de rupture conventionnelle institué dans certains cas, à titre temporaire pendant six ans. Il étend le régime d’auto-assurance chômage des agents publics civils aux cas de privation d’emploi résultant d’une rupture conventionnelle, sur le modèle de ce qui existe pour le secteur privé, ou de certaines démissions donnant droit à une indemnité de départ volontaire.

ll crée enfin un dispositif global d’accompagnement des agents dont l’emploi est supprimé dans le cadre de la restructuration d’un service ou d’un corps. Par exemple, le fonctionnaire pourra être mis à disposition pour une durée d’un an, sans renoncer à son statut de fonctionnaire, auprès d’un organisme ou d’une entreprise du secteur privé. Il pourra ainsi préparer une reconversion professionnelle dans le secteur concurrentiel. Pour favoriser le recours à ce nouveau dispositif, l’organisme d’accueil ne devra rembourser que partiellement la rémunération de l’agent mis à sa disposition.

Par ailleurs, en cas de démission régulièrement acceptée, l’agent dont l’emploi est supprimé bénéficiera d’une indemnité de départ volontaire ainsi que de l’assurance chômage.

Une telle évolution professionnelle, si elle est possible, prend toutefois du temps. Il est certes encore un peu tôt pour finaliser son plan d’action. Mais c’est le moment opportun pour commencer à réfléchir à ses envies et ses possibilités.

5 clés pour réussir votre évolution de Carrière Public/Privé  :

  • Se connaitre soi-même : quelles sont vos envies profondes ? Vos motivations, vos valeurs ? Quel est votre mode de fonctionnement, vos besoins pour vous épanouir dans votre poste ? Quelle est votre envie/ besoin de nouveauté ? Quelle appétence/ aversion au risque ?
  • Etre lucide et objectif : réalisez votre matrice SWOT : Opportunités/ Menaces – Forces/ Faiblesses : où en êtes-vous de votre carrière ? Quelles options avez-vous ? Quels risques pèsent sur vous ? Quelles sont vos contraintes/ marges d’initiative financières, géographiques, familiales, autres ? Qu’est-ce qui pourrait vous empêcher de réussir ?
  • Se renseigner : quelles sont les conditions juridiques, financières, … ? Quelles sont les réalités de l’environnement que vous envisagez de rejoindre, ses codes, ses valeurs ? Est-ce compatible avec votre personnalité et vos envies ? Quels sont vos filets de sécurité/ possibilités de retours en arrière ? Quelles perspectives d’avenir avez-vous ? Quels seront vos points d’appui / les oppositions-difficultés que vous allez rencontrer ? Sur quels réseaux/ soutiens allez-vous vous appuyer pour réussir ?
  • Se préparer : challengez votre projet. Etablissez votre plan d’action avec un calendrier ambitieux et réaliste. Adoptez la bonne posture. Travaillez vos réseaux relationnels ;
  • Se faire accompagner: un regard extérieur, bienveillant mais sans complaisance, vous aidera à prendre du recul et conscience de vos forces et de vos points de vigilance. Ce peut être celui d’un coach et/ou d’un groupe de pairs. Vous pourrez aussi partager des motivations, des expériences, de bons conseils. Il vous embarquera dans une dynamique porteuse.

 

Et maintenant, envie de tenter l’aventure ?

 

Bénédicte Baradel

Consultante Group’3C