Lundi 15 octobre 2018, Valérie Pécresse, Présidente du Conseil Régional d’Ile-de-France a rassemblé près de mille personnes. Celles-ci venaient du monde associatif, politique, administratif et entrepreneurial. Elle a lancé son plan Social-Business, lors d’une soirée à la Cité Universitaire de Paris. Cet évènement montre à quel point l’engagement est sujet d’actualité.

Son objectif est notamment de marier des entreprises et des acteurs de l’économie sociale et solidaire. Cela permettrait de développer des projets collectifs de long terme à fort impact sociétal ou environnemental.

Elle a présenté plusieurs initiatives pour illustrer le champ des possibles qui semble en effet très vaste. JC Decaux et Lulu dans la rue (association dédiée aux SDF) ont réhabilités d’anciens kiosques à journaux pour en faire des conciergeries de quartier. Ils proposent de nombreux services payants aux riverains (petite plomberie, gardiennage d’animaux, transport, courses…), tous réalisés par d’anciens SDF. Outre l’animation de la vie de quartier, cela assure un petit revenu aux SDF. De plus, cela rend service aux habitants et participe à la politique RSE de Decaux.

Des coopérations réussies

Free s’est allié avec l’association Déafi (qui s’occupe de sourds et malentendants). Ils ont mis en place une plate-forme téléphonique de réception d’appel dédiée aux clients sourds et malentendants. Vinci a créé une joint-venture avec ARES (insertion par l’emploi). Son objectif est de former, professionnaliser et embaucher des personnes en situation d’insertion professionnelle aux métiers de la construction.

Autant d’exemples de coopération réussies, à petite échelle sans doute, mais qui font beaucoup pour les associations. Elles trouvent ainsi des partenaires pérennes pour développer leur projet. De plus, les entreprises par ce biais font des démarches de RSE, sur lesquelles elles peuvent communiqure. Ceci est toujours bénéfique pour leur image de marque auprès du grand public, leur marque employeur et l’engagement de leurs salariés.

Le mercredi 17 octobre a eu lieu un  débat au Forum national des Associations. Plusieurs intervenants y entouraient François Hollande, Président de la Fondation La France s’engage. Plusieurs participants ont confirmé que les mains tendues au secteur associatif par le secteur marchand, et notamment tout ce qui relevait du mécénat de compétences étaient très bien perçues par les salariés du secteur marchand et augmentait sensiblement leur engagement. D’ailleurs, François Hollande a confirmé que la frontière entre le secteur marchand et le secteur à but non lucratif était beaucoup plus poreuse qu’on ne le pensait souvent. En effet, certaines entreprises commerciales mettent en place des projets à intérêt collectif évident et certaines associations trouvent des modèles économiques intéressant pour des projets d’intérêt public.

Le social-business a donc de beaux jours devant lui. Cet intérêt réciproque entre les secteurs marchands et d’intérêt général est une bonne nouvelle autant pour les associations, que pour les entreprises, dont le grand gagnant est sans doute la personne aidée par ces dispositifs.

 

Isabelle Fiévet-Rossignol

Executive Coach chez Group’3C

Membre du think-tank Galilée SP